Nos oiseaux pendant les fortes chaleurs

10 July, 2015

 

Les animaux qui vivent en captivité n’ont pas la capacité de réagir totalement par instinct pour combattre la chaleur et c’est pour cela que cela devient la responsabilité de ses maîtres et éleveurs de leur faciliter tout ce dont ils ont besoin pour les aider à s’adapter.

 

Les oiseaux, comme tous les êtres vivants complexes, sont endothermiques, c’est à dire qu’ils maintiennent leur propre température de façon constante, indépendamment de l’environnement dans lequel ils se trouvent, en produisant de la chaleur quand il fait froid et en perdant de la chaleur s’il fait chaud. Les exemples les plus extrêmes sont le pingouin ou le chameau. Nous savons tous que la plupart des reptiles, par contre, son exothermiques.

Ce mécanisme de thermorégulation est beaucoup plus développé chez les mammifères que chez les oiseaux car ces derniers ne transpirent pas et pour y remédier, doivent adapter leur respiration.

Activité et Alimentation de nos oiseaux

En hiver, d’une part le mécanisme vital lui-même va générer une hyperactivité capable de produire de la chaleur, et d’autre part l’éleveur fournit l’apport énergétique par l’alimentation, à la fois en quantité et en qualité; et tout cela ensemble aidera les oiseaux à lutter contre le froid.

La logique nous dit que quand arrive la chaleur de l’été, c’est le contraire. ca nos dice que llegado el calor del verano, todo debe tornarse en lo contrario. Les oiseaux eux-mêmes diminuent leur activité et l’éleveur doit diminuer la quantité et la “qualité” de l’alimentation, en diminuant l’apport de graisses et en enrichissant la nourriture des oiseaux, de fruits et de légumes. Le pourcentage de graisse corporelle et un aspect très important pour la régulation de la température.

Ce qu’il faut permettre

En fait, plus le stress thermique augmente, plus les oiseaux, instinctivement, augmentent leur consommation d’eau et diminuent leur consommation d’aliments. Ils réduisent aussi leur activité physique, et recherchent des endroits plus frais, à l’ombre. L’éleveur doit alors ne pas être un obstacle et faciliter aux oiseaux ce dont ils ont besoin.

Prendre soin des couples pendent les fortes chaleurs

Comme nous l’avons dit, il faut tout d’abord diminuer les graisses de l’alimentation, voire les quantités, et en parallèle augmenter la consommation de légumes frais. D’autre part, ils doivent toujours avoir à disposition de l’eau propre, jamais exposé directement au soleil.

Pour ce qui est de l’eau, et c’est important de le noter, il ne faut pas confondre propre et fraîche avec “froide”. Aucun animal ne doit boire de l’eau réfrigérée artificiellement dans les frigidaires ou les congélateurs. Ensuite, il faut en plus de l’abreuvoir, mettre une baignoire à disposition pour que les oiseaux puissent se tremper tranquillement.

L’élimination de tous matériaux qui animent l’instinct de reproduction est essentielle. A partir du mois de mai, nous devons retirer les nids et tous les matériaux de nidification pour ne pas exposer les animaux à des températures non conseillées. Si vous ne connaissez pas le sexe de votre oiseau, la meilleure option pour savoir ce que il a besoin est de le faire sexer par ADN.

Il ya chaque fois plus d’éleveurs qui, en été substituent les nids par des sortes de perchoirs conçues spécialement pour éviter les fortes chaleurs et permettre aux couples de rester ensemble.

Tout ceci n’est pas forcément suffisant dans des zones oú la chaleur peut provoquer la mort des oiseaux.

La plupart des décès est généralement dû à la qualité des toits qui recouvrent les volières ou les cages. Les toiles plastifiées ou les  planches métalliques ou plastiques n’isolent pas et sont généralement très nuisibles au point de causer la mort Le toit au-dessus de nos installations doit être en brique ou fabriqué à partir de matériaux de carrelage, ou avec des panneaux spéciaux faits de couches isolantes. Cela sera utile en été comme en hiver.

En cas de chaleur extrême, on peut installer des micro- asperseurs qui pulvérisent de l’eau pendant un temps déterminé. Il faut prendre les précautions suivantes :
l’eau ne doit pas recouvrir la totalité de l’espace vital de l’oiseau. C’est l’animal qui doit décider s’il souhaite se mouiller avec de l’eau en forme de pluie fine ou pas.

Personnellement,  je ne conseille pas l’usage direct du tuyau sur les oiseaux. Si les oiseaux se mouillent complètement, ils ne pourront pas voler et cela peut les stresser, le temps qu’ils se sèchent. D’autre part, les tuyaux qui pulvérisent de l’eau ne doivent pas s’utiliser en plein soleil parce que l’eau qui sera entre les plumes de l’animal, va se réchauffer très rapidement et peut lui donner plus chaud que s’il  ne s’était pas mouillé.

L’hygiène

En général, on dit que la chaleur permet de détruire les bactéries et les virus mais ce n’est pas toujours le cas. Surtout si la température augmente et s’accompagne d’excréments, de restes de plumes et d’humidité générée par les arrosages ou les bains.

jaula para agapornis

Cela forme un bouillon parfaitement efficace pour la prolifération des virus et bactéries qui peut provoquer des dégâts important sur la santé de nos oiseaux, quand il fait très chaud. Il faut donc être très pointilleux sur l’hygiène pendant cette période-là.

Pendant l’été, nos animaux ailés vont perdre leurs plumes car ils muent et cela peut être une mue très soudaine.

Sur le marché, il existe de nombreux produits pour faciliter la mue, vitamine et électrolytes mais, je pense que des aliments bien nourris et bien entretenus, n’auront acun problème au moment de la mue et n’ont pas besoin de vitamines.

La seule chose qui peut limiter la liberté de l’animal, c’est la mort et l’homme. En tant qu’éleveur, nous nous devons de ne pas limiter leur qualité de vie!

Juan A. García.
“Agapornis La Isla”

Filed in: Conseils pour élever des oiseaux

About the Author ()

Comments are closed.